Lib-expression, le portail | Actualité automobile | Actualité moto | Gagner au loto, keno, euromillions, oxo
Les sites alsaciens
Accueil | Nous contacter
A voir : les villes et villages alsaciens, les sites naturels, antiques et historiques, les châteaux...
Référence : histoire | géographie | tradition | maison alsacienne | gastronomie | vignoble
Venir en Alsace
voyages et séjours
ObjectEbersheim, fin de l'hiver 2001: le Ried inondé.

Les paysages alsaciens

L'Alsace offre une variété de paysages : une partie du fossé rhénan, le versant abrupt des Vosges, une frange du Jura (dans le haut Sundgau), le piedmont ou collines sous vosgiennes, les rieds humides frangés de forêts-galeries, de grandes forêts, des éléments de paysages lorrains (l'Alsace bossue).

La géologie et la géomorphologie des Vosges amènent à distinguer, au sud, les hautes Vosges aux sommets "en ballons" avec hautes chaumes, aux grandes vallées à longs versants où sont localisés habitats et activités majeures et, au nord, les Vosges du nord, moins élevées, aux entablements gréseux disséqués, fortement boisés.

Deux systèmes de failles séparant le massif vosgien du fossé rhénan encadrent les collines sous vosgiennes (roches sédimentaires variées fracturées), terres d'élection du vignoble alsacien ou de vergers, jalonnées de nombreuses petites villes anciennes égrenées le long de la première route méridienne (nord-sud) dite Bergstrasse.

La plaine est constituée par des sédiments tertiaires dégagés en basses collines recouvertes de limons quaternaires (Sundgau, pays de Brumath, Kochersberg, Outre-Forêt), des cônes de déjection quaternaires construits par les rivières venues des Vosges (infertiles), des restes de terrasses alluviales rhénanes et, en contrebas, des dépôts de lits d'inondations récents (du Rhin, de l'Ill et des rivières vosgiennes) dénommés rieds. Le puissant remblaiement sédimentaire de la plaine comporte, en profondeur, la présence de potasse exploitée au nord de Mulhouse et, en Alsace du Nord, le gisement de pétrole de Pechelbronn aujourd'hui épuisé. Il recèle une puissante nappe phréatique alimentée par le Rhin et son système d'affluents, et d'importantes masses de granulats (gravières).

Cette mosaïque multiplie les contrastes paysagers. En plaine s'opposent les ackerlands (terres rendues fertiles par les couvertures limoneuses ou loessiques), les hardts à forêts sèches ou à landes (cônes de déjection, terrasses rhénanes caillouteuses) et, jusqu'aux années 1950, les rieds humides à prairies et forêts ripisilves : là, la régularisation puis les aménagements du Rhin, en abaissant le toit de la nappe phréatique, ont facilité le recul des prés devant la culture du maïs et provoqué la réduction des forêts dont il ne reste que des lambeaux épars (Illwald à l’est de Sélestat).