Musée de Haguenau : bronze gallo-romain.

406-496 : les Alamans en Alsace

Entre 386 et 406, la pression des tribus germaniques est de plus en plus pressante sur la frontière naturelle du Rhin. La masse des "Barbares" est impossible à arrêter. Le 31 décembre 406 une véritable trombe ethnique (Vandales, Suèves, Alains, Burgondes) passe le Rhin à Bingen et déferle sur la Gaule en une invasion incessante qui va durer des dizaines d’années, d’autres peuplades venant s’ajouter au premier flot (Goths, Ostrogoths, Wisigoths…). Les Alamans s'installent en Alsace.

Pour tenter de colmater les brèches du système défensif romain, un commandement, le Comes Argentoratensis est créé à Strasbourg, comportant Argentorate, Saletio et Olino. En 443 Aetius réussit à freiner le déferlement des Burgondes en Alsace en les transférant en Bourgogne. Mais en 451 arrivent les plus redoutables des envahisseurs, les Huns d'Attila: au printemps d'abord, de Bâle à Argentorate, ils ravagent tout le pays et détruisent les principaux centres de défense. Ils repassent à l'automne après leur défaite des Champs Catalauniques en prenant le chemin inverse. C’est le coup de grâce pour l’Alsace romaine : les Romains abandonnent définitivement l'Alsace. Une nouvelle page de l'Histoire commence.

Les Alamans, plus nombreux que les autochtones, s'installent d'abord en plaine où la germanisation est rapide: le parler germanique se substitue à la langue celtique et romane, sauf dans les vallées de Villé, Lièpvre, Lapoutroie. Ainsi Argentorate devient Strateburg. Peu à peu les Alamans pénètrent le Sundgau et les vallées vosgiennes.