La plus ancienne représentation de Munster, du XVè.

640-739 : le duché d'Alsace et les Etichonides.

Après le règne Dagobert (629-639), le dernier à avoir réussi à maintenir l’unité du royaume mérovingien, la puissance des rois francs s'affaiblit : 4 ensembles se dessinent : Aquitaine, Bourgogne, Neustrie et Austrasie, à laquelle l'Alsace est intégrée. Ainsi se constitue vers 640 le Duché d'Alsace, créé par les rois francs pour assurer sur le Rhin la sécurité face au duché d'Alémanie, puissant et indépendant. Sundgau et Nordgau sont fusionnés sous l'autorité d'un seul duc, d'un seul administrateur royal (Domesticus) et d'un seul évêque, les trois résidant à Strasbourg.

Gondoin (645-655) et Boniface (655-673), les deux premiers ducs d'Alsace ne sont que des fonctionnaires royaux. Boniface fonde vers 660 l'abbaye de Wissembourg et peu après celle de Munster. Le défrichement des Vosges commence.

Adalric est le plus célèbre des ducs d'Alsace. Nommé en 673 par le roi d’Austrasie Childéric II puis confirmé par Thierry III, protégé par le puissant maire du Palais Pépin d’Herstal (père de Pépin le Bref), il profite des désordres du royaume pour installer son pouvoir. Il possède toute l'Alsace et le Sorngau (Jura Bernois). Il administre le duché avec une relative sagesse à partir de ses villae de Marlenheim-Kirchheim, Stratiburc, Ebersheim, Seltz ou encore Obernai, sa résidence favorite. Il fonde l'abbaye de Hohenbourg et la donne à sa fille Odile. Il rend le duché héréditaire. A sa mort, vers 693 son fils Adalbert (693-722) lui succède.

Adalbert construit la résidence royale de Koenigshoffen et les abbayes de Honau et de Saint Etienne de Strasbourg dont il confie la direction à sa fille Attale. Son fils Liutfried (722-740) christianise vraiment le pays en imposant la règle bénédictine. La réforme est accomplie par Pirmin venu de la Reichenau. Soutenus par Charles Martel, Liutfried et l'évêque de Strasbourg réforment Marmoutier, Honau, Neuwiller, Surbourg. Ils fondent Murbach en 727, centre intellectuel de première importance en Alsace. A la suite de Pirmin, Heddo, évêque de Strasbourg (734-760) s'occupe des paroisses et commence la construction d'une nouvelle cathédrale.

A Liutfried succède son frère Eberhardt. Mais la situation politique a changé. Le nouvel homme fort d’Austrasie, Pépin le Bref, dont l’objectif est la conquête du titre de roi, craint en effet la puissance des Etichonides. En 739, Eberhardt est nommé «Landgrave» d’Alsace, mais le pays est divisé en deux comtés, le «Nordgau» et le «Sundgau», administrés par des comtes-préfets dépendant directement du Maire du Palais. Le duc n’a plus qu’un pouvoir honorifique, et lorsque Eberhardt meurt en 747, le duché est purement et simplement intégré à l'Austrasie.