Eguisheim : le tympan roman de l'église saint Léon.

1049-1054 : Brunon d'Eguisheim.

Troisième fils du Comte Hugues IV d’Eguisheim et de Helwige de Dabo, le jeune Bruno est envoyé à Toul dès l’âge de 5 ans auprès de l’évêque Berthold, pour y accomplir ses études. Il se lance dans la carrière ecclésiastique et combat pour la réforme de l’Eglise qui s’élève contre le trafic des dignités et le relâchement des moeurs des clercs. D’abord chanoine du chapitre de Toul puis chapelain à la cour impériale de son cousin Conrad II, il est nommé par l’empereur évêque de Toul en 1026.

En août 1048, avec l'appui de l'empereur Henri III, il est nommé pape par une assemblée de prélats de l’Empire réunis à Worms. Il part à Rome ou la foule l’acclame, et le 12 février 1049 monte sur le trône et prend le nom de Léon IX. Il effectue immédiatement un voyage en Allemagne pour affermir et rehausser le prestige de la papauté.

Il passe en Alsace, fait adopter la «trève de Dieu» et consacre les églises d'Ottmarsheim, Andlau, Altorf, Mont Sainte Odile, Eguisheim, Strasbourg, Ottmarsheim, Oelenberg...

Il sera un grand pape, mais il donnera sa confiance à des hommes dont l'intransigeance va déclencher deux moments sombres de l'histoire de l'Eglise: la rupture avec l'Eglise d'Orient et la querelle des Investitures initiée par son conseiller Hiltebrant, le futur Grégoire VII (1073-1085).