Page de la dédicace du Codex Guta Sintram de Marbach conservé à la Bibliothèque du Grand Séminaire de Strasbourg. Ms 37, 1154.

1073-1122 : La querelle des Investitures.

En 1073, Grégoire VII interdit au roi de confier aux évêques la dignité épiscopale par crosse et anneau, et le prive donc de son autorité. En réponse, le roi Henri IV le dépose, mettant le feu aux poudres.

En Alsace, c'est la division: Les évêques de Strasbourg (Werner II, Otton) et de Bâle (Bourcard de Fenis) tiennent pour l'empereur (ils iront à Canossa avec lui, mais garderont la ligne pro impériale); le chapitre, toujours prêt à contrer les pouvoirs épiscopaux, se range du côté de la papauté; les princes laïcs se divisent entre tenants du pape, comme les Eguisheim-Dabo et tenants de l'empereur comme Frédéric de Büren, fondateur de la famille des Hohenstaufen et époux de... Hildegarde d'Eguisheim-Dabo. Son frère Otton, nommé à l'évêché de Strasbourg fait assassiner lors d'une audience Hugues VII d'Eguisheim le 4 septembre 1089...

L'un des plus ardents défenseurs de la cause papale est Manegold de Lautenbach (Né en 1035), abbé de Marbach qui contre l'empereur soutien la thèse de la souveraineté populaire dans son célèbre "Livre à Gebhard"; ce qui lui vaut l'exil. A la fin du siècle la cause papale fait d'importants progrès. La querelle sera close en 1122 par le concordat de Worms qui confie le pouvoir spirituel sur l'évêque au Pape, et le temporel à l'empereur.