Andlau : détail du piédroit du portail de l'abbatiale : décors floraux avec animal.

1130-1200 : l'art roman : le siècle d'or.

A partir de 1130, l'Alsace se couvre d'édifices, particulièrement religieux mais aussi militaires, caractérisés par une nouvelle technique de construction dans laquelle la voûte en pierre tend à remplacer les plafonds en bois, trop souvent victimes du feu. Cet art se caractérise par la massivité des bâtiments, un éclairage intérieur faible, la voûte en pierre et tout un système de jeu de forces architectoniques: murs épais, contreforts massifs, façades puissantes, décor simple composé de bandes lombardes et de lésènes...

C'est l'art roman, introduit en Alsace avec un siècle de retard par rapport à la France ou à l'Italie, retard qui présente l'avantage de conjuguer les influences françaises, italiennes et rhénanes dans quelques édifices remarquables qui parsèment le pays et ont survécu aux vicissitudes de l'histoire de la région: Le prieuré de Feldbach, St Léger de Guebwiller, l'abbaye de Murbach et son superbe chevet plat, Lautenbach, Gueberschwihr et son splendide clocher, Sigolsheim, Sainte Foy de Sélestat, Andlau et son magnifique porche sculpté, Saints Pierre et Paul de Rosheim, Marmoutier et sa remarquable façade... ainsi que de nombreuses parties d'autres édifices religieux, cloîtres, sculptures, décors ou pièces d'orfèvrerie (Cloître d’Eschau reconstitué dans le musée de l’œuvre Notre Dame de Strasbourg, chevet de Neuwiller les Saverne ou de Pfaffenheim, porche de Lautenbach, crype de la cathédrale de Strasbourg...)