Gottfried de Strasbourg lisant ses vers devant un auditoire de princes. Manuscrit de la "Manessische Liederhandschrift", XIVè, pl.104. Bibliothèque universitaire de Heidelberg.

1200-1210 : Tristan, par Gottfried de Strasbourg.

Le chef d'oeuvre de la littérature alsacienne du Moyen Age est sans conteste le "Tristan" de Gottfried de Strasbourg. L'auteur, très peu connu, est probablement un laïc instruit, en relation avec la noblesse, qui meurt vers 1210.

Le Tristan de Gottfried n'est pas encore traduit en français à ce jour. La version originelle du Tristan est sans doute née en Bretagne vers 1150 et est reprise par tous les trouvères d'Europe.

Le poème de Gottfried comporte quelques 20 000 vers et est inachevé. Il est tant admiré qu'Ulric de Türheim et Henri de Freiberg l'achèveront entre 1230 et 1290, mais sans le bonheur de leur maître. Le style est prolixe, mais l'analyse psychologique remarquablement fine. Ce qui distingue le Tristan des Minnesang, c'est la violence et la sincérité de la passion, le sentiment, tout nouveau, de la nature, le réalisme et la complexité des personnages (Trahison de Tristan et ruse d'Isolde...)

Le Tristan de Gottfried marque le sommet de la littérature courtoise alsacienne qui va céder le pas aux romans de chevalerie et à la littérature bourgeoise.