Colmar au XVIIè. D'après M. Mérian, Topographia Alsatiae.

1217-1237 : Woelflin, le "faiseur" de villes.

La grande oeuvre de Frédéric est la création des villes, villes dont il a remarqué la puissance et l'influence en Italie. Pour réaliser son projet, il s'appuie sur Albin Woelflin, "Schultheiss" de Haguenau, homme dévoué et énergique.

Pendant 20 ans, le bailli Woelflin sera en Alsace un véritable vice-roi. Il créé de nombreuses villes malgré bien des difficultés, car le roi n'est souvent pas le seul propriétaire de l'emplacement. Ainsi naissent Sélestat (1217), Molsheim (1219), Colmar (1220), Mulhouse (1222), Delle (1225), Munster (1236), Obernai (1238). En 1235, Woelflin est destitué par l'empereur, jugé trop cupide (il mourra en prion, étranglé, dit-on, par sa propre épouse en 1237).

Mais Woelflin a donné l'impulsion et d'autres seigneurs créent à leur tour des villes: Sainte Croix en Plaine, Rhinau, Saverne et Soultz par les évêques de Strasbourg, Altkirch par le comte de Ferrette, Seltz par le Margrave de Bade... L'intention des seigneurs fondateurs est avant toute économique: l'augmentation de leur profit et de leur puissance personnelle. Mais les "Cives" ou bourgeois souhaitent prendre en main eux-mêmes la destinée de leur cité, d'autant plus qu'il y détiennent la puissance économique et financière. Il en résulte partout des tractations ou des conflits.

A Strasbourg, l'apparition du conseil municipal est signalée pour la première fois en 1200; à Colmar, c'est en 1225, à Mulhouse en 1226, à Rouffach en 1241. Suivent Saverne, Kaysersberg et Obernai. A Strasbourg, les désaccords entre l'évêque seigneur de la ville et les bourgeois sont permanents. La ville demeure au seigneur évêque jusqu'en 1262.