1262 : Hausbergen : vive la République !

La politique guerrière de l’évêque irrite de plus en plus la bourgeoisie de la ville qui veut la paix et l'indépendance politique. Les multiples guerres de l'évêque mettent en danger l'équilibre économique de la cité. Aussi les frictions sont-elles de plus en plus nombreuses entre l'évêque et ses sujets strasbourgeois.

Ceux-ci trouvent un puissant allié en Rodolphe de Habsbourg, bailli d'Alsace. Finalement, ce sont les armes qui parlent: Le 8 mars 1262 la milice strasbourgeoise écrase la noblesse de la ville aux ordres de l'évêque Walter de Gérolseck à Hausbergen.

Cette victoire rend la ville indépendante. Strasbourg acquiert définitivement sa liberté et peut commencer sa propre expansion. C'est la naissance de la future "République" qui va vivre plus de 600 ans. Après la défaite, l'évêque abandonne aux bourgeois l'élection du conseil, des droits sur les communaux, le tribunal, le droit d'alliance, et il confirme le privilèges impériaux... il en mourra de rage, dit-on, quelque temps après, à 32 ans... Dans le même temps, les bourgeois de Mulhouse investissent le château du prévôt épiscopal après un siège de 12 semaines.

Plus tard, les bourgeois acquièrent d'autres droits: pacage, douane, monnaie... Peu à peu la ville s'élève au rang de ville libre ne payant plus d'impôts à l'Empire et ne prêtant plus fidélité au souverain.