Charles IV de Luxembourg, empereur d'Allemagne.

1349 : la mort noire.

La plus désastreuse des calamités qui frappent l'Alsace au Moyen Age est sans aucun doute la succession d'épidémies inaugurée par la peste bubonique en 1316. Plus terrible est la "Mort Noire" de 1348-1349. Elle vient de Suisse et atteint le Sundgau au printemps pour sévir dans tout le pays, atteignant le Nord en automne. La mortalité atteint 40 pour mille. Suivent les épidémies de 1358, 1365, 1381, 1426 et 1433.

La peste s'accompagne de manifestations religieuses, celles des Flagellants. Destinée à éloigner la colère divine elle rencontre un vif succès, même parmi les bourgeois. Mais peu à peu, la secte rencontre l'hostilité des classes aisées qui doivent nourrir et loger ses membres. L'évêque et le clergé combattent le mouvement qui est finalement interdit.

Accusés d'empoisonner les puits pour semer la mort noire, les Juifs sont des victimes toutes désignées. Dès la mi janvier des seigneurs se réunissent à Benfeld et décident de l'extermination: les massacres ont lieu à Strasbourg (contre l’avis du magistrat), Wissembourg, Obernai, Benfeld, Sélestat, Oberhergheim, Colmar, Soultz, faisant des milliers de victimes.A Strasbourg même, le 14 février 1349 environ 900 juifs meurent sur le bûcher.

Il faudra des interventions répétées de l'empereur Charles IV (qui tire beaucoup de revenus des Juifs) pour faire cesser le massacre. Après quelques années, les Juifs sont autorisés à revenir, surtout à Haguenau où ils jouissent d'une protection de l'Empereur.