Louis XIV entre à Strasbourg en 1681: la ville perd son indépendance.

1681 : octobre : Sire, Strasbourg est à vous !

En août 1680, Le Conseil Souverain d'Alsace réuni à Breisach entérine la "Réunion" de l'Alsace à la France, hormis Strasbourg et Mulhouse, et interdit à quiconque de disputer à la couronne de France la propriété de tous les fiefs, domaines, villes ou villages situés entre Vosges et Rhin.

En septembre 1681, le roi passe aux actes et assiège la ville. Bloquée par les 30 000 hommes de Montclar, la ville négocie un accord; Elle reconnaît la souveraineté du roi de France; en échange, elle conserve son pont et l'Université.

Le 23 octobre 1681, Le Roi fait son entrée dans Strasbourg et assiste dans la cathédrale rendue au culte catholique au Te Deum célébré par François Egon de Fürstenberg. Toute l'Alsace, sauf Mulhouse et ses communes d'Illzach et de Moderne, est rattachée à la France, mais avec un statut spécial, celui d'une "Province administrée à l'instar de l'étranger effectif": elle reste tournée économiquement et culturellement vers l'est. A sa tête est nommé un intendant: le premier est La Grange. Les mots d'ordre sont "Suivre autant qu'il se pourra l'exemple des Archiducs...", "Ne point toucher aux usages de l'Alsace". Mais aussi, "En Alsace, le Saint Esprit est aux ordres du Roi"...