Jean François Reubell, président de l'Assemblée législative et de la Convention.

1790 : Frédéric de Dietrich, maire de Strasbourg.

La Fête de la Fédération à Strasbourg se passe bien, car la Révolution à d'ardents défenseurs, quoique modérés: Frédéric de Dietrich (élu maire de Strasbourg en février 1790), beaucoup d'artisans et de bourgeois, les administrateurs civils et militaires "de l'intérieur"... mais aussi nombre de paysans qui accèdent souvent à la propriété grâce à la vente des biens du clergé...

Jusqu'en 1792, la Révolution est bien acceptée en Alsace. Les réserves sont le fait d'une petite minorité. La sécularisation des biens du clergé catholique dans le cadre de la Constitution civile du clergé du 12 juillet 1790 est à l'origine d'une refonte totale de l'Eglise. Le diocèse de Strasbourg couvre désormais les deux départements, et les ordres religieux disparaissent. Les barrières douanières sont reculées jusqu'au Rhin et l'Alsace est intégrée totalement au système économique français, ce qui ne va pas sans inquiéter les grands commerçants...