Euloge Schneider.

1793 : l'heure d'Elogius Schneider...

En mars 1793, la contre-offensive des armées austro prussiennes oblige Custine à battre en retraite, laissant Mayence encerclée avec 15 000 hommes aux ordres de Kléber. Custine part sur le front des Flandres mais échoue à Condé sur Escaut et est arrêté le 22 juillet. Le lendemain, Kléber se rend à Mayence avec les honneurs. La levée en masse est décrétée et la guillotine fonctionne pour la première fois le 29 mars à Molsheim où trois jeunes gens sont exécutés pour avoir manifesté contre le recrutement forcé.

En octobre, les Austro - prussiens prennent Wissembourg, puis Woerth, Haguenau, Fort-Louis et arrivent à La Wantzenau. En même temps, la terreur s'installe pour galvaniser la Révolution. L'Alsace est particulièrement soupçonnée de tiédeur et de "germanisme"... Saint Just et Le Bras arrivent à Strasbourg; ils nomment Euloge Schneider accusateur public et Hoche, Pichegru et Desaix à la tête de l'armée. Schneider promène pendant deux mois la guillotine dans la région. Il y envoie 31 victimes, avant d'être arrêté le 15 décembre, envoyé à Paris et y être guillotiné le 10 avril 1794. Le 29 décembre, Frédéric Dietrich est exécuté à Paris pour "tentative d'émigration".