Le général Uhrich, défenseur de Strasbourg en 1870.

1870 : Cavaliers, Chargez !

Le 19 juillet, La France déclare officiellement la guerre à la Prusse. Le 4 août l'offensive prussienne est lancée sur Wissembourg: Les 50 000 Allemands anéantissent les 7 000 hommes division du général Abel Douay qui est tué. Le 6 août, c'est la bataille de Froeschwiller: Mac Mahon est défait. Les charges des cuirassiers de Michel à Morsbronn et de Bonnemain et Elsassenhausen ne procurent qu'un répit passager pour favoriser la retraite des Français.

Le 12 août, La citadelle de Strasbourg est investie. Devant le refus de la ville de se rendre, le bombardement commence le 18 août. Dans la nuit du 24 août, la Bibliothèque s'enflamme. L'Hortus Deliciarum et d'autres trésors incomparables s'envolent en fumée. L'Aubette, le Gymnase, le Temple Neuf, le Musée de peintures et de sculptures, puis la Cathédrale sont la proie des flammes.

Le 1 septembre l'armée impériale est défaite à Sedan et Empereur fait prisonnier. Le 4, un gouvernement provisoire proclame la IIIè République et poursuit la guerre. Le 27 septembre le général Uhrich, commandant de la place de Strasbourg, se rend. Les Prussiens entrent dans la ville. Le 20 octobre Sélestat est investie, bombardée et prise en quatre jours. Le 11 novembre Neuf Brisach se rend après 33 jours de siège et de bombardement.

Le 18 février 1871, sur ordre du gouvernement de la Défense Nationale, le commandant de la place de Belfort Denfert Rochererau se rend aux Prussiens. Sa résistance sauve Belfort de l'annexion allemande et Keller, député de Belfort, reste la seule voix de l'Alsace au Parlement français.