Gustave Stoskopf, le chantre de l'alsacianité et de la résistance à l'occupant.

1897 : l'heure des Autonomistes.

Une nouvelle génération d'hommes politiques apparaît, tenants de l'autonomisme alsacien: ce sont les Preiss, Hauss, Ricklin, Charles Spindler, Laugel, Stoskopf dont les idées trouvent un formidable écho beaucoup plus dans l'opinion que dans les arènes politiques.

Hormis Wetterlé qui reste indéracinablement français, ces hommes vont accentuer le côté alsacien de la région pour mieux se détacher de l'emprise allemande, ne pouvant pas réellement s'exprimer en français.

Le théâtre alsacien, "D'r Herr Maire", "l'Ami Fritz", le "Hans im Schnokeloch" devient une arme protestataire et forge la mentalité alsacienne d'opposition...