Strasbourg, cathédrale, portail central de la façade occidentale : le tympan racontant la passion et la Résurrection du Christ sur quatre registres. L'iconographie fut inspirée par Albert le Grand.

1912-1920 : Johann Knauth sauve la cathédrale.

Né à Cologne, Johann Knauth devient architecte de l'oeuvre Notre Dame en 1891.

C'est à lui que l'on doit le sauvetage de la flèche de la cathédrale, le pilier nord menaçant de s'affaisser suite à l'assèchement progressif de la nappe phréatique dans laquelle les piliers de chêne soutenant la tour "trempaient" depuis des siècles et résistaient donc à la putréfaction. Il travaille à la consolidation du pilier de 1903 à 1920 et sauve l'édifice de l'écroulement.

Knauth sera maintenu à son poste par les Français après 1918, preuve de son talent s'il en fut, mais préfère repartir en Allemagne. Tombé dans l'oubli et la disgrâce de la mémoire, il retrouve aujourd'hui une considération des plus méritées.