La bataille d'Altkirch, 7 août 1914... vue par les Français. Carte postale de l'époque.

1914 : Août : premiers combats.

Le 3 août, l'Allemagne déclare la guerre à la France. 220 000 Alsaciens Lorrains sont mobilisés dans l'armée allemande. La plupart ira se battre sur le front de l’Est. La loi sur la dictature est rétablie, donnant tout pouvoir au Statthalter le comte Karl von Wedel, en poste depuis 1907.

Dès le 5 août, déboulant par la vallée de la Thur, l'armée Française de Bonneau se rue sur Mulhouse, prise le 8 août, malgré un semi échec sur Altkirch où l'artillerie allemande arrête une division de cavalerie progressant vers Huningue. Les Allemands de Diemling contre-attaquent, reprennent Mulhouse le 10 août, obligeant Bonneau à se retirer sur Thann. Le 13 août, Bonneau est limogé.

Le 14 août, le général Pau lance simultanément deux offensives sur l'Alsace: la première par la trouée de Belfort, la seconde par les principales vallées Vosgiennes: Thann, Guebwiller, Munster, Sainte Marie, Urbès, Steige, Schirmeck. Dès le 14, les Allemands sont défaits à Saint Blaise et évacuent la vallée de Schirmeck. Le 19 les combats font rage à Altkirch où tombe Plessier, le premier général français tué au combat, à Dornach, Flaxlanden, Luemschwiller. Les Allemands reculent et Pau entre à Mulhouse puis à Colmar. Mais la bataille de Sarrebourg est perdue par le Général Castelnau. Pau fait évacuer la Haute Alsace le 24 août. Les Allemands reviennent sur leurs positions antérieures, mais la vallée de Thann reste aux Français. Thann est déclarée capitale provisoire de l'Alsace française.

A l'automne, une terrible bataille est déclenchée au col du Bonhomme, objet de l'attention du haut Etat Major Français... et de l'artillerie allemande. C'est la bataille de la Tête des Faux.