Novembre 1918 : l'entrée des troupes françaises à Strasbourg par la porte de Schirmeck.

1918 : Novembre.

Le 10 novembre 1918, alors que le front allemand s'écroule, arrive au petit matin à Strasbourg un train de matelots venat de Kiel. Des conseils de soldats se forment, les prisons sont ouvertes. Le conseil municipal réuni en session extraordinaire élit Jacques Peirotes comme maire à la place de Schwander, le Stadthalter. Rebholz, élu président du conseil des soldats, et Peirotes proclament la République sur la place Kléber.

Le 11 novembre les députés du Landtag se proclament conseil national, présidé par Eugène Ricklin. Le 12, démission de Schwander, de Stadthalter et de Hauss, chef du gouvernement alsacien. Peirotes remplace Ricklin à la tête du gouvernement. Le lendemain, le drapeau rouge est hissé sur la cathédrale et trois jours plus tard arrive à Strasbourg un nombre important de marins révoltés.

La situation se tend, et le 17, à l'initiative du conseil de soldats et d'ouvriers se tiennent des réunions publiques sous le mot d'ordre "Vive l'internationalisme socialiste" et le conseil de soldats se dissout dans le conseil d'ouvriers. A la demande de Peirotes, des émissaires du Grand quartier général français font savoir au conseil de Strasbourg que l'armée française ne saurait le reconnaître.