Lib-expression, le portail | Actualité automobile | Actualité moto | Gagner au loto, keno, euromillions, oxo
Les sites alsaciens
Accueil | Nous contacter
A voir : les villes et villages alsaciens, les sites naturels, antiques et historiques, les châteaux...
Référence : histoire | géographie | tradition | maison alsacienne | gastronomie | vignoble
Venir en Alsace
voyages et séjours
ObjectBetschdorf: deux belles maisons traditionnelles que précède un puits à balancier.

Le village alsacien

L'habitat alsacien est un habitat groupé, sauf dans les Vosges. Le village se présente en général sous deux types: le village-rue (Strossedorf) et le village-tas (Hüffedorf). Le village-tas est la forme primitive du village. Il se groupe autour d'une place centrale, souvent plantée d'un tilleul séculaire, et lieu de rencontre et d'échanges. En général une rivière où un ruisseau traverse le village, générant jadis un autre point de rencontre traditionnel, le lavoir (D'Wasch). Souvent un moulin se situait un peu à l'écart du village. Autour du village, l'ensemble des terres et des forêts forme le territoire (d'r Bahn) que délimitent des bornes et jalonnées de croix et de calvaires.

Une particularité fondamentale du village alsacien est que les maisons sont toujours indépendantes les unes des autres et ne partagent jamais de mur mitoyen avec une autre, comme cela est le cas en Lorraine. Chaque maison est une entité particulière qui s'agence harmonieusement à l'ensemble. Cette indépendance reste cependant soumise à la solidarité des autres maisons et finit par faire du village alsacien une parfaite harmonie d'édifices, de places, ruelles, puits, fontaines, tout ce qui donne au village alsacien ce charme nulle part ailleurs égalé.

Au sein même du village existait une hiérarchie qui se manifeste par la maison: il y a la maison des fermiers propriétaires, les « Herrenbauer ». Ceux là possèdent une ou deux grandes fermes cossues, bien ordonnancées, souvent au centre du village. Ils possèdent leurs propres terres ainsi qu'une partie des terres communales, ont droit prioritaire de pâture pour leur bétail... Autour de leurs fermes, à l'entrée du village, les maisons humbles et modestes de journaliers, simples ouvriers agricoles qui n'ont que la force de leurs bras. Ils possèdent quelques modestes biens, lopins de terres, poules, cochons, mais souvent doivent emprunter au fermier le cheval pour les labours et les gros travaux, contre une partie de leur récolte. Souvent enfin, à l'écart du village, vivent les nécessiteux, familles indigentes, véritablement "au ban" du village, vivant d'expédients et de charité publique.