Script
Lib-expression, le portail | Actualité automobile | Actualité moto | Gagner au loto, keno, euromillions, oxo
Les sites alsaciens
Accueil | Nous contacter
A voir : les villes et villages alsaciens, les sites naturels, antiques et historiques, les châteaux...
Référence : histoire | géographie | tradition | maison alsacienne | gastronomie | vignoble
Venir en Alsace
voyages et séjours
Le Haut Koenigsbourg : essai de restitution de Winckler, 1874.

Le Haut Koenigsbourg

Histoire :

HAUT KOENIGSBOURG

Dominant la commune d'Orschwiller sur son promontoire de 757 m, règne le majestueux château du Haut Koenigsbourg. Le "Pierrefonds alsacien", doit à la volonté du premier Hohenstaufen d'exister, et à celle du dernier Kaiser allemand, Guillaume II d'être aujourd'hui un haut lieu du tourisme qui dépasse très largement le cadre régional.

Le burg apparaît au XIè, créé par Frédéric de Buren, comte de Souabe. En 1147 il est propriété de Frédéric I Barberousse et Conrad Hohenstaufen qui se partagent les deux burgs de Staufen, le "Kunegesberg" et l'Odenbourg. En 1250 il passe aux ducs de Lorraine qui l'inféodent aux Hohenstein. En 1359, il est aux évêques de Strasbourg. En 1453 le comte de la Petite Pierre s'y réfugie, poursuivi par le Palatin qui assiège le Hohkoenigsburg (le nom définitif date de cette année) et le ruine en 1454. En 1462 le château devient le repaire des pillards Henri et Renard de Lambsheim. Aussi les Strasbourgeois le mettent à sac. Passé aux Thierstein en 1479, il est restauré dans le style qui servira de modèle à la reconstitution de 1901.

A l'extinction des Thierstein en 1519, le château passe aux Habsbourg qui le confient à une série de gouverneurs: Martin de Thann, Urbain de Landeck, les Sickingen, Rodolphe de Bollwiller, Philippe de Lichtenau... Ce dernier essuie l'attaque du Rhingrave Jean Philippe en mai 1633: il fait mieux que résister et disperse les assiégeants. Les Suédois s'en mêlent, bloquent le château et le bombardent du 17 au 25 juillet 1633 à partir de l'Odenbourg. La résistance est telle qu'il faut 65 jours de siège pour investir la forteresse le 7 septembre... après la capitulation de Lichtenau, abandonné par tous. Le château est pillé et incendié. La ruine passe successivement au Roi de France qui la remet aux Sickingen, puis à messire Boug (1770), aux Dreyfus (1825), aux Mannheimer et à la ville de Sélestat (1865): aucun de ces acquéreurs ne s'occupe de la ruine.

La ville de Sélestat en fait don en 1899 à l'empereur Guillaume II. Ce dernier ordonne la restauration intégrale du château selon les normes établies par Viollet le Duc à Pierrefonds. Bodo Ebhardt en est le maître d'oeuvre. Les travaux débutent en 1900 et s'achèvent le 13 mai 1908. La restauration a été fort critiquée, mais elle reste assez fidèle à ce que devait être une forteresse de la fin du Moyen Age.

Info pratique :

A voir :

Le château

Les prochaines manifestations

Retour à l'annuaire des sites alsaciens