Script
Lib-expression, le portail | Actualité automobile | Actualité moto | Gagner au loto, keno, euromillions, oxo
Les sites alsaciens
Accueil | Nous contacter
A voir : les villes et villages alsaciens, les sites naturels, antiques et historiques, les châteaux...
Référence : histoire | géographie | tradition | maison alsacienne | gastronomie | vignoble
Venir en Alsace
voyages et séjours
Murbach en 1764, peu avant sa démolition.

Murbach

«Orgueilleux comme le chien de Murbach»…

Murbach, c’est ce vallon perdu et solitaire qui sied aux destinées d’une région… Ce prestige acquis dans la solitude du labeur quotidien de centaines de moines copistes et d’enlumineurs, qui à force de leurs mains changent l’eau en vin et les pierres en pain…

Murbach, c’est ce rayonnement spirituel, intellectuel et religieux qui transpire dans sa majestueuse façade, dans la simplicité de ses décors, dans la grandeur de son chevet…

Murbach c’est aussi l’orgueil de ses princes-abbés, de leur rêve de puissance, de leurs châteaux, de leurs combats, de leurs échecs…

Murbach, c’est aujourd’hui, loin du monde de bruit et de fureur, une invitation au voyage intérieur…

Histoire :

L'âge d'or de l'abbaye

Tout petit village au fond de son vallon, Murbach ne donne qu'un mince aperçu de sa gloire passée, liée à la prestigieuse abbaye fondée par Saint Pirmin et dont la renommée passa de loin les frontières de l'Empire.

C'est en 728, sur le voeu du comte Eberhadt, frère du duc d'Alsace qu'est fondée l'abbaye bénédictine. Richement dotée, elle compte parmi les principaux centres de la renaissance carolingienne au IXè avec une école de copistes et de miniaturistes renommée qui produit notamment deux manuscrits célèbres, les Hymnes de Murbach (Bibliothèque d'Oxford) et les Annales de Wolfenbüttel. Sa bibliothèque est alors riche de 300 manuscrits (chiffre énorme pour l'époque) et elle est en contact régulier avec La Reichenau. Sa prospérité lui attire des ennuis: en 925 les hordes hongroises entrent en Alsace la pillent, massacrant plusieurs moines (Mordfeld).

Elle se relève rapidement grâce à la protection impériale, mais se range lors de la querelle des Investitures du côté des Papes et accueille Manegold de Lautenbach et ses confrères chassés par Henri IV. Le XIIè est un autre siècle de rayonnement: l'abbaye produit la "Bible de Murbach" (Musée de Colmar) et met en chantier la nouvelle église romane qui sera consacrée en 1216. En butte aux visées du Comte de Ferrette, elle partage ses territoires en quatre bailliages, fait édifier plusieurs châteaux, favorise la création de villes comme Guebwiller, Saint Amarin, Wattwiller. Elle possède alors des terres en Suisse (Lucerne) et en Allemagne (Worms).

Elle a cependant de plus en plus de mal avec ses seigneurs avoués et les villes qui cherchent à contester son pouvoir. En Alsace circule l'expression "Orgueilleux comme le chien de Murbach" (Ses armoiries représentent un lévrier noir).

La fin de l'abbaye.

Le XVè voient l'abbaye menacée par les Anglais, les Armagnacs et les bourgeois des villes, notamment ceux de Guebwiller; l'abbaye finit par se placer sous la protection des Habsbourg qui la réunissent à l'abbaye de Lure en 1564 pour mieux contrôler les passages des cols vosgiens. Charles Quint accorde à l'abbaye le droit de battre monnaie. La guerre de Trente ans ruine l'abbaye. Louis XIV la rattache en 1680 à la couronne en nommant abbé l'évêque de Strasbourg Louis Egon de Fürstenberg.

Au XVIIIè, les chanoines veulent construire une nouvelle église abbatiale, et commencent à détruire l'église romane. Les travaux de démolition sont interrompus par le transfert des chanoines à Guebwiller, entre 1759 et 1764. Ce qui subsiste de l'abbatiale romane, le choeur et le transept, devient église paroissiale en 1765. La révolution apporte en plus son lot de ruines.

Info pratique :

A voir :

L'église abbatiale

Les prochaines manifestations

Retour à l'annuaire des sites alsaciens